Institut des Territoires Coopératifs

15 mai – lâcher prise 2 : l’armoire implicite

C’est en voiture qu’hier soir, nous avons rallié Saint Amant Tallende à Clermont-Ferrand. Notre deuxième conféchanges de cette itinérance étant programmée à 17h, il nous semblait préférable de ne pas marcher aujourd’hui, et d’arriver frais et dispo. Vers 16h15, nous arrivons à l’Institut d’Auvergne du Développement des Territoires et nous dirigeons vers l’amphitéâtre. Il nous semble un peu sombre… et pour cause : la responsable du site nous annonce « rien ne marche » ! 10 minutes plus tôt, un test incendie a été organisé, et depuis, le cerveau numérique qui pilote toute l’installation multimédia du site est déconnecté : impossible d’allumer les lumières, de déployer l’écran, d’allumer le vidéoprojecteur, ou la sono…  Plusieurs personnes se succèdent pour tenter quelque chose, mais rien n’y fait.

Pour nous, cet aléa est l’occasion d’exercer, une nouvelle fois, notre lâcher-prise. Les personnes commencent à arriver et s’installer dans la salle, et c’est avec une certaine satisfaction que nous constatons aucune inquiétude se glisser en nous. Tranquillement, des solutions de remplacement émergent : un vidéoprojecteur arrive, puis une tablette pour l’installer au milieu des travées, une enceinte bluetooth… Nous démarrons dans cette configuration improvisée avec le quart d’heure de retard habituel, comme nous l’aurions sans doute fait si tout c’était passé « comme prévu ».

Quelques minutes plus tard, une sorte de sonnerie de téléphone retentit, puis l’écran descend, la lumière jaillit, les micros résonnent…  Rebranchements rapides et nous poursuivons notre conféchanges dans des conditions optimales.

Lorsqu’une coupure incendie intervient, une armoire de sécurité dont personne sur le site ne connaissait l’existence se met automatiquement hors circuit pour protéger tous les équipements numériques. Il suffisait de redémarrer cette armoire, mais encore fallait-il en connaître l’existence. L’armoire électrique était implicite 😉 Elle était bien là, mais cachée, invisible dans les plis… Jolie métaphore de notre travail sur nos propres ressources cachées qu’il est utile de rendre visible.

Bel enseignement également de voir le cercle vertueux qui se met en place lorsqu’on accepte de lâcher prise sur ce que nous ne pouvons pas contrôler et ce qui ne nous appartient pas. Lâcher prise n’est pas renoncer ! Au contraire, c’est permettre, en se libérant d’inquiétudes stériles mais paralysantes, de progresser en laissant la place à l’initiative et à la créativité.


Les percées les plus passionnantes du XXIème siècle ne viendront pas de la technologie, mais d’une vision augmentée et élargie de ce que veut dire être un être humain» – John Naisbitt