Institut des Territoires Coopératifs

Maturité coopérative (définition)

La Coopération, levier des transformations

Dans cette période de transitions multiples, nous pouvons subir les crises, nous pouvons aussi décider de devenir acteurs et co-auteurs des transformations. Développer son aptitude à coopérer, à construire, entretenir et transmettre des systèmes coopératifs est une aptitude centrale pour traverser ces transformations, économiques, écologiques, sociales et démocratiques.

Maturité coopérative

Après 2 ans, 3 long voyages en Pays de la Loire, Drôme-Ardèche, et Lot-et-Garonne, 1500 kilomètres parcourus, 100 jours d’itinérance, 35 collectifs rencontrés, des échanges riches et profonds avec plus de 200 “héros du quotidien” qui inventent sans relâche des nouvelles manières de coopérer…

Après de longues heures à mettre en lien ce qui tisse ensemble toutes ces histoires, qu’elles prennent forme dans des associations environnementales, des initiatives sociales, des entreprises marchandes, des collectifs d’habitants qui règlent des conflits d’usage, ou redessinent les contours d’un quartier…

Après bien des ponts jetés pour relier des disciplines entre elles, comprendre comment la géographie peut créer des aptitudes humaines, comment l’histoire et la psychologie s’interrogent l’une l’autre, comment croiser les neurosciences, la sociologie et la philosophie, comment rendre visibles ces liens souvent invisibles, toujours implicites, entre le territoire et ses habitants…

Après avoir ainsi exploré les ressorts profonds de la coopération, nous avons mis en évidence des facteurs clés de réussite dans la capacité à coopérer, ainsi que des éléments à l’origine de difficultés rencontrées pour leurs acteurs.

Nous définissons la maturité coopérative comme la capacité individuelle, collective et territoriale, à développer des aptitudes coopératives durables et inconditionnelles (qui ne dépendent ni du contexte, ni de la situation, ni des personnes). Le concept de maturité coopérative englobe les 12 « principes d’action de la coopération » mis en évidence lors des deux années d’action-recherche et que nous continuons à approfondir avec le projet MCDR.

De notre maturité coopérative dépend notre capacité à construire des systèmes coopératifs pérennes, les faire vivre, le renouveler et les transmettre, et ainsi à mettre en œuvre les transformations auxquelles nous aspirons.

Les percées les plus passionnantes du XXIème siècle ne viendront pas de la technologie, mais d’une vision augmentée et élargie de ce que veut dire être un être humain» – John Naisbitt